11 Erreurs Courantes de Survie qui peuvent vous coûter la Vie

Si l’erreur est humaine, il n’en reste pas moins que dans des conditions extrêmes, une toute petite bourde technique peut prendre une tournure catastrophique.

J’ai listé les erreurs les plus courantes qui peuvent faire basculer votre escapade en milieu naturel en un scénario catastrophique.

Ne pas écouter son instinct

Ca ne vous est jamais arrivé d’avoir une intuition qui a du mal à vous quitter ?

L’impression que quelqu’un vous regarde, cette sensation de savoir que quelque chose cloche ou ne tourne pas rond.

C’est comme si vous saviez que quelque chose se passait mais que vous n’arriviez pas à savoir quoi exactement.

Tout comme les animaux, nous avons nous aussi un instinct, une petite voix intérieure ou une sensation qui nous indique si la direction que nous nous apprêtons à prendre est la bonne ou non.

Alors un conseil, faites vous confiance et prenez le temps d’écouter ce que vous dit votre voix intérieure car ça ne m’étonnerait pas qu’elle puisse vous sauver la vie.

Manquer de feu

Cela peut paraitre secondaire mais c’est pourtant très important.

Les moments où nous avons le plus besoin de feu sont souvent les situations où il est le plus difficile d’en faire.

Par exemple, s’il fait froid, s’il vente ou s’il pleut, on a plus de chance de tomber en hypothermie mais on a également moins de chance de réussir à allumer un feu.

Alors si vous vous aventurez dans des endroits humides prévoyez bien de quoi pouvoir faire un feu.

La météo est toujours imprévisible alors il vaut mieux anticiper le pire.

Il existe des outils qui permettent d’allumer un feu même dans les conditions les plus extrêmes.

Par exemple les cubes WetFire ou encore les boules de coton imbibées de vaseline.

Peu importe le combustible, assurez vous que la flamme qui servira à démarrer le feu soit suffisamment robuste.

Se perdre

Une des erreurs les plus courantes est de ne pas faire attention et de se retrouver perdu au milieu de nulle part.

Alors si vous voulez éviter d’être recensé dans les incidents de recherche et de sauvetage, assurez vous de quelques petites choses avant de partir.

Si vous avez un GPS, prenez soin de charger la batterie.

L’utilisation d’une batterie externe peut être utile aussi !

Si vous vous déplacez d’un point A à un point B, soyez attentif aux distances.

Les conditions météorologiques et le relief sont à prendre en compte car ils peuvent considérablement augmenter la durée de votre trajet.

Partir en pleine nature n’est pas à prendre à la légère.

Nous n’avons pas du tout les mêmes repères qu’en ville et les situations peuvent vite virer à la catastrophe.

Je vous conseillerai dans un premier temps de vous familiariser avec la navigation terrestre.

Il faut savoir évaluer les distances et prendre en compte certains aspects.

Par exemple, saviez vous que les objets en acier ou en fer peuvent dérégler votre boussole ?

Être seul

C’est sur que partir seul dans la nature, en plus du côté aventurier, peut avoir quelques avantages.

Se retrouver avec soi même, le silence, tester ses limites. Bref les raisons sont nombreuses.

Peut être aussi que personne n’était disponible pour venir faire une randonné ou explorer de nouveaux lieux.

Mais sachez qu’être seul augmente vos risques s’il vous arrive quelque chose.

Depuis la nuit des temps les humains ont toujours compté sur la force du nombre.

Notre capacité à travailler en équipe et à résoudre les problèmes en groupe est l’un de nos plus grands atouts.

Faire une confiance aveugle aux prévisions météorologiques

Bien sûr aujourd’hui avec toutes les nouvelles technologies, il est facile de savoir quelle météo est annoncée.

Et la plupart du temps, ça s’approche de la vérité.

Cependant, il arrive que dans certaines zones, il y a ce qu’on appelle un micro climat.

Notamment dans les zones montagneuses

Et alors, tout peut prendre une tournure inattendue en un clin d’œil.

Le brouillard peut affaiblir votre visibilité et cacher les marqueurs des sentiers.

La pluie et le vent peuvent tremper votre garde-robe et vous amener à l’hypothermie.

Alors je vous conseille bien sûr de tenir compte des prévisions météorologiques mais d’avoir toujours avec vous un coupe vent, un vêtement chaud et imperméable.

Plantes et champignons « comestible »

Même si ça peut sembler peu au premier abord, chaque année une cinquantaine de personnes s’intoxiquent suite à l’ingestion de champignons.

S’ajoute à ça l’intoxication avec les plantes. C’est plus difficile à mesurer car prend en compte un panel de personnes plus important dont les enfants et adolescents.

Quand on est en pleine nature et que la faim se fait de plus en plus forte, on peut être tenté de se mettre sous la dent tout ce qui nous semble appétissant et comestible.

Moi même, au tout début, j’ai fait des erreurs et je connais beaucoup de survivalistes qui ont également mangé des choses qui les ont rendu malades.

Si vous avez des doutes sur la comestibilité d’une plante ou d’un champignon, n’en mangez pas !

Trouvez quelque chose d’autre à manger dont vous êtes totalement sûr.

Et si vous ne trouvez rien dont vous êtes certain, ne mangez rien.

On peut tenir plusieurs jours sans manger.

Il vaut mieux ça que d’avoir une intoxication alimentaire.

Confondre entêtement et ténacité

Je pense que c’est important de différencier ces deux notions.

La ténacité est une vraie force.

Et je suis totalement d’accord avec ce vieil adage qui dit « Si au début tu ne réussis pas, essaie encore jusqu’à ce que tu y arrives. »

Mais la dangerosité de tout ça, si on ne fait pas preuve de discernement, est de s’obstiner et de s’entêter dans une direction qui n’est pas la bonne.

Il est essentiel pour un survivaliste de comprendre la différence entre les choses qui valent la peine d’être poursuivies et celles qui doivent être abandonnées.

Sinon ça peut mener tout droit à la destruction.

Laisser la panique prendre le dessus

Il y a des situations où la peur est notre pire ennemi.

Face au stress, notre corps libère une multitudes d’hormones pouvant mener à différentes réactions.

Pour certains, ce sera de courir partout frénétiquement sans aucune clarté d’esprit.

Pour d’autres, cela va les geler sur place, incapable de bouger ou de prendre une décision.

Vous pouvez même avoir des réactions émotionnelles disproportionnées comme pleurer sans fin ou vous énerver.

Peu importe mais toutes ces réactions de panique peuvent facilement mener à des prises de décision dangereuses.

Alors, si la panique commence à s’installer, trouvez quelque chose, n’importe quoi, qui peut modifier votre centre d’attention.

Ca peut être de compter vos respirations, de faire une tâche répétitive ou de citer à voix haute tout ce que vous voyez.

Faire les choses trop rapidement

En tant que survivaliste, ne faites pas votre travail à moitié.

Prenez le temps de bien faire les choses et essayez toujours de faire de votre mieux.

La création d’un abris, la coupe du bois, la préparation d’un feu demande d’être consciencieux.

Soyez organisé et prévoyant.

Vous pouvez apprendre à vos dépens mais il est parfois utile d’apprendre de l’expérience des autres.

Même si vous ne vous tuez généralement pas à la tâche, votre éthique de travail peut s’acquérir grâce à la pratique et au souci du détail.

Ne pas choisir les bons vêtements

Mettez de côté le look lorsque vous partez en pleine nature.

Choisissez vos vêtements en fonction de leur chaleur, de leur poids et du temps de séchage du tissu plutôt que de la couleur ou des motifs.

Les vêtements que vous choisirez auront un impact non seulement sur votre confort mais aussi sur votre survie si les choses tournent mal.

Choisissez de la laine épaisse ou des matières synthétiques pour les temps plus froids qui peuvent devenir humides.

Portez des vêtements amples, légers et à séchage rapide quand il fait chaud.

Pensez à quelques vêtements de couleurs vives pour être vu plus facilement si vous demandez de l’aide.

La fonctionnalité devrait toujours surpasser le style lorsqu’il s’agit de vêtements d’extérieur.

Sous-estimer les risques

Avant de partir dans la nature, faites vos recherches pour savoir quels sont les dangers que vous serez susceptibles de rencontrer.

Trop de personnes négligent les risques qu’il y a à partir à l’aventure.

  • Y’ t’il des ours ? Si oui, de quelles espèces s’agit il ?
  • Quel est le degré d’imprévisibilité du temps ?
  • Y a-t-il des éboulements ou des animaux venimeux ?

Petit conseil

Si vous vous trouvez dans une situation de survie, déterminez la menace la plus urgente et traitez d’abord celle-ci. Une fois réglée, passez à la suivante.

  • Aventure et survie: Le Guide Pratique de l'Extrême
    Format :Broché Auteur : Wiseman, John
  • Bushcraft 101 : Le guide pratique pour survivre en pleine nature
  • Le guide de la survie douce - Vivre en pleine nature

Ces articles peuvent également vous intéresser...


Laisser un commentaire